Sélectionner une page

Chaque jour en préparant la nouvelle émission sur radio Scenaryo avec les « Matinales & Musicales » de 6 :00 à 9 :00 du lundi au samedi, je me pose cette question : Comment consommez-vous de la musique ? La réponse est assez simple aujourd’hui puisqu’il y a essentiellement trois façons de faire :

– Le Streaming
– L’Achat
– La Radio

Je crois les avoir mis dans l’ordre, celui de la consommation.

Pour le Streaming il y a bien entendu les trois leaders du marché :

Deezer
Spotify
Apple Music

Très honnêtement il existe d’autres plateformes mais ces trois là remportent une part colossale du marché français. Ensuite, l’achat de mp3, de CD et le retour du 33 tours reste toujours important même si les chiffres de ventes s’effondrent chaque année.

Reste ce média qui garde une puissance étonnante. La radio ! Cette chose ahurissante qui a tant évolué durant ces vingt dernières années. Je fais partie des personnes qui remarquent toujours ce vide colossal entre les playlists des leaders et la production française souvent, très souvent, trop souvent absente. Combien d’artistes souhaiteraient entendre leurs compositions, leur travail ne serait-ce qu’une fois sur une radio.

Les choses ont changé. J’ai vécu une époque où chaque matin nous recevions une quantité de 45 tours. Il était possible de tout passer, juste une fois, histoire de donner sa chance et ce n’était pas toujours facile, car pas toujours écoutable. Mais c’était le jeu et le rôle des radios dites libres.

Ensuite le marché a finalement vite repris sa route vers l’universalité des gros actionnaires. Gagner de l’argent au détriment de la qualité, c’est valable pour ce que nous mangeons, ce que nous construisons et ce que nous consommons. Sans aucun état d’âme, rien n’est fait (ou si peu) pour durer et pour nous faire apprécier tous ces achats compulsifs que nous faisions tous sans réfléchir.

A Scenaryo, personnellement je réfléchis de plus en plus à marquer cette contre culture. La vraie culture devrais-je dire. Le retour aux bonnes choses, au respect du produit et de son concepteur/créateur/développeur/inventeur. Cela vaut pour tout, de la simple carotte jusqu’au grille-pain en passant pas nos vêtements. Et le paradoxe c’est que vous pouvez entendre des publicités qu’il nous est impossible de choisir et donc d’y apposer une sorte de volonté qualitative. Nous y travaillons mais chaque choix provoque des obligations et des contraintes.

L’équilibre de Scenaryo qui va très bientôt pouvoir se mettre debout du haut de ces UN AN est primordial. Et là aussi il y a trois grandes lignes :

– trouver ses auditeurs
– fidéliser ses auditeurs
– garder ses auditeurs

Nous allons pouvoir très prochainement présenter notre premier bilan, sans rien cacher. Et faire en parallèle de nouvelles propositions pour commencer cette deuxième année.

La radio est un média d’avenir. Les web radios sont des supports que les dieux investisseurs n’ont pas manqué de s’accaparer. Il suffit de voir le nombre de web radios créées par les radios leaders. Inonder le marché pour ne pas perdre ses propres auditeurs. Sauf que la qualité devient un élément de plus en plus capital et ce n’est pas sans me déplaire.

En attendant, il faut consommer de la musique, en écouter toujours plus, chez vous, en voiture ou au boulot, durant vos occupations ou durant vos créations. Radio Scenaryo s’ouvre doucement vers l’artistique, c’est sa vocation et sa politique. Les matinales tout d’abord, le créneau porteur du 6-9 avec un programme qui confirme le mix entre la pop, le rock et les musiques de films. Vous y retrouvez l’éternel équilibre entre la météo, l’actu et des petites touches d’infos en tous genres, pour vous séduire et pour vous donner envie d’en savoir plus.

Une seule règle, puissante et toujours aussi enivrante  « Continuons de consommer la musique que nous aimons ».

Frederic Lefevre