Sélectionner une page

Vous aimez les mélanges, vous ? Parce que nous, oui on aime. Ici c’est une dose de musique de films, une autre de pop et une dernière de rock. Vous le savez c’est la formule de notre radio. La mixité des sons impossibles dans un rythme lent/cool/zen. Ce mélange de musique est une des choses les plus pures que je n’ai jamais créé. Le mélange est inscrit dans nos gènes et dans le monde depuis son éternité. C’est parce que nous mélangeons les choses que nous découvrons de nouvelles saveurs ou de nouvelles recettes. Dans la science ou la physique c’est aussi un des principes révélateurs. Le mélange. Alors qu’est-ce-qu’on attend pour accepter notre mixité affective, amoureuse, ou romanesque ?

« Ca fait mauvais genre » ou « ce n’est pas votre genre » c’est ça ? Passer toute votre vie à côté d’un sentiment sans rien vouloir entrevoir. Sentir l’indissociable émotion sur une aire d’autoroute en le regardant lui, ou en marchant dans les rues d’une vieille ville en la découvrant elle, et soudain être au-dessus d’un nulle part, sorte de gouffre que jamais vous n’auriez pu vivre plus intensément. Vous ne voulez pas juste une fois dérouler vos intentions, vos intuitions et vos éternelles passions en affection. Dire la vérité, c’est vraiment si dur ? Vous préférez vous cacher dans un impossible ou plus probablement c’est très dur pour vous de dire que ce mélange-là vous touche. Être touché n’est pas forcément être. Je m’explique. L’empathie n’est pas une étiquette et ressentir un désir différent de ce que l’on vous a enseigné ne fait pas de vous quelqu’un de différent

Non vraiment, c’est quoi votre genre ? Je vais être plus clair. L’Hétérosexualité ? L’Homosexualité ? La Bisexualité ? La Pansexualité ? La Skoliosexualité ? Oui vous êtes bien sur le site de radio Scenaryo. Et pour vous aider à répondre voici un petit lexique via le dieu Larousse.

Hétérosexualité : Se dit d’une personne, dont le désir sexuel le porte vers des individus de sexe opposé, et non vers des individus de même sexe que lui.

Homosexualité : Attirance sexuelle pour les personnes de son sexe (par opposition à hétérosexualité).

Vous avez remarqué ? Les deux premières définitions évoquent déjà son miroir.

Bisexualité : Synonyme de hermaphrodisme. Coexistence dans tout psychisme humain de potentialités à la fois féminines et masculines. Pratiques sexuelles aussi bien avec des partenaires de même sexe que de sexe différent.

Pansexualité : Qui est attiré sexuellement ou sentimentalement par une autre personne sans considération de son sexe.

Coexistence. Justement pour la prochaine définition, le dieu Larousse n’est pas à la page, donc rien n’est disponible pour l’instant.

Skoliosexualité : Qui est attirée sexuellement et émotionnellement par un homme qui se sent femme ou une femme qui se sent homme. Attiré par les personnes transgenres.

Très honnêtement il y a d’autres genres que j’ai zappé. Cela me donnera l’occasion d’y revenir dans un autre article.

A présent, quelle est votre classification sexuelle ? Êtes vous prêt à révéler quelle est votre étiquette ou préférez-vous maladroitement vous dissimuler derrière celle que mère nature vous a offerte sans concession lors de votre naissance ? Vous êtes une fille ou un garçon ! Ok, mais le sexe ne fait pas la sexualité. Ne me dites pas que vous croyez à ça : Si vous êtes une fille vous êtes nécessairement hétéro ! Si vous êtes un garçon vous êtes aussi nécessairement hétéro ! Vous avez une chance incroyable non ? Vous êtes des millions ou des milliards à avoir cette jolie étiquette bien seyante et bien propre. Hétéro ou hétérosexuel (le). Bon à moins de faire dans l’illusion, elle risque d’être collante cette étiquette, handicapante même pour vous, pour vos proches, pour vos amis, votre famille ou vos enfants. Tout le monde n’aura sans doute pas forcément envie de dissimuler ce que votre éducation a écrasé. Sans compter qu’il vous faudra expliquer tout ça aux anges et à Saint Pierre.

Tiens ? Bizarrement les anges sont asexués. Ils restent pourtant mignons et propres. Ils sont acceptés et acceptables. Mais ils n’ont pas de sexe. Pas eu le choix ? Punition ? Allez savoir. D’un autre coté cela évite les dérives. Cette fameuse dérive des filles et des garçons qui ne savent plus où ils en sont. Nombreux sont les sexes qui ne savent plus de quel sexe ils sont.

Revenons au genre humain. Quel est donc votre genre humain ? C’est si difficile pour vous de répondre à cette question ? L’erreur est de regarder entre vos jambes. Après personnellement, je vous comprends. Vous prenez les verbes inculquer et répéter. Vous ajoutez l’éducation, puis une dose de bureaucratie administrative dans un monde qui tourne dans le même sens comme un groupe d’individus identiques. Et vous obtenez l’identité sexuelle, celle qui se retrouve dans ce que l’on croit être votre intimité. Homme. Femme. Nouvelle erreur.

Vous avez un corps. D’accord ? Mais vous êtes avant tout vivants dedans, d’abord ! Et être vivant c’est écouter son corps, au-delà de votre apparition. Si vous souhaitez une réponse, vous devez plus rechercher dans les émotions de votre conscience. Mais pour cela vous allez devoir lâcher prise, ressentir, vivre et surtout vibrer pour de bon. C’est comme percevoir ce qui est bon en vous, comme une respiration dans l’évidence d’une vie. La vôtre. Celle qui vous appartient vraiment, pas celle que l’on vous a imposé dans ce que vous pensiez être une certitude. Genre ou pas. Sexe ou pas.

Petit aparté. Si tu es intégriste, religieux ou adepte d’une manifestation pour personne, dans un tous insultant, je sais, enfin, je suppose. A lire mes délires, tu es perdu, en colère, offusqué. Le mélange n’est pas dans ton ADN. Ce n’est pas de ta faute, la religion, les préceptes, la noblesse ancestrale des familles moyenâgeuses. Non moi je dis que ce n’est pas de ta faute. Tu cliques sur la petite croix pour fermer ton navigateur. Tu n’écoutes surtout pas les sons de Scenaryo la radio, sinon tu vas salir tes oreilles et je n’ose même pas te dire comment tu pourrais avoir du plaisir dans la vie et le sexe. Mais non, stop, je protège ta chaste vie.

Alors, c’est quoi votre genre ? Oui parce que maintenant il faudrait répondre c’est quoi votre humanité ? Vous voulez vraiment vous arrêter à une image ? Un mirage ? Ou vous voulez ouvrir ce que certain appelle des chakras ? Entre nous, ce ne serait pas un thème d’émission radiophonique fabuleux ? Parler non seulement d’amour, mais d’amour de soi et d’amour des autres. Inventer. Engendrer. Créer une radio c’est aussi et c’est surtout réinventer le monde dans lequel nous vivons, pour mieux le vivre. Je l’ai toujours su. Je l’ai toujours voulu. Il ne s’agit pas de manifester pour des communautés mais bien pour votre identité. Il ne s’agit pas de se regarder face au miroir d’un réseau social du bien paraître. Mais plutôt d’être en phase avec l’autre pour se trouver soi-même. Il s’agit de s’accepter soi-même pour ne plus voir l’autre comme un ennemi.

Le genre, le sexe n’est pas ce que vous croyez. Le cœur est dans le genre. Vous prenez une dose d’amour, une dose de « je m’écoute », une autre de « je m’en fous de son sexe et du mien » et une dernière de « je n’ai pas peur d’aimer » et vous trouverez votre genre, celui qui bat en vous depuis toujours, depuis tout le temps. Depuis que votre bras a frôlé celui d’un autre homme qui avait ou pas un air féminin. Ou quand enfant ou adolescent vous regardiez les filles et les garçons avec la même passion.

Car la plus grande erreur dans cette question, c’est de croire qu’il n’y a qu’une seule réponse. La beauté n’est ni unique ni solitaire, il y aura autant de réponses que d’envies d’aimer.

 

BEAU T’ES

Dans les habits qui sont les nôtres

D’un paradis qui jamais ne se vautre

Y’a cette vérité

De oui regarder

Et d’apprécier

Presque révéler

L’éclat de nos plusieurs

Sont vraiment révélateurs

D’abord j’ose te calculer

Puisque oui beau t’es

D’abord j’ose te calculer

Que risquent nos beautés ?

Je vibre ma vie dans chaque couleur

Je sublime ma vie dans nos saveurs

Quand ton il sera elle

Quand ton île sera belle

J’absorbe et souvent j’effleure

J’accorde le son de nos ampleurs

Quand tes ailes seront mille

Quand t’es belle osons il

 

Frederic Lefevre

(photo le groupe ARCHIVE en concert Nantes 2015)