Sélectionner une page

Ennio Morricone vient de nous quitter. Il ne pourra plus jamais créer de mélodie enivrante, passionnante et menaçante. Il ne pourra plus diriger d’orchestre. Il ne pourra plus poser son regard musical sur un scénario. C’est pour moi d’une tristesse abyssale. Perdre Ennio Morricone, c’est vraiment perdre une partie de moi. Il a toujours été là, du fin fond de la Mer Rouge jusqu’aux détours de chacun de mes pas. Comme un guide, comme une partition écrite pour ma vie, comme cette indescriptible désir d’accompagner sa musique. Des milliers d’heures à l’écouter, tellement de souvenirs avec ses compositions, comme celui de fermer un cinéma et d’écouter jusqu’à la dernière note le générique de fin de « Il était une fois En Amérique ». Il a dirigé ma vie sans le savoir. Il m’a accompagné sans le vouloir. Tout mon artistique est construit sur ses airs. Frantic. Le Clan Des Siciliens. Le Professionnel. Cinéma Paradiso. Mon Nom Est Personne. Il Etait Une Fois Dans l’Ouest. Il Etait Une Fois En Amérique. I Comme Icare. Savez-vous qu’à Radio Scenaryo nous possédons la totalité de ce qu’il a composé ?

Depuis ce matin je retiens cette vague d’émotion. Comme d’habitude face à la mort je fais un peu semblant et je fais surtout, beaucoup comme je peux. J’essaye de me dire que ce n’est pas tout un pan de ma vie qui s’écroule d’un seul coup. Je me dis que c’est normal, qu’il fallait bien que cela arrive. Vous savez toutes ces choses absurdes que la mort vous fait vivre par intermittence mais avec une répétition méthodologique. Je vis la mort car elle obsède ma vie. Une obsession positive pour mieux la comprendre et l’accepter. C’est sans aucun doute mon éternelle destiné impossible.

Ennio Morricone n’a pas finit de nous surprendre et de nous accompagner. Il sera comme la marque d’un ultime espoir. Des notes, des symphonies, des ritournelles, des chansons, des émois en moi. Radio Scenaryo lui rend hommage sans mot, juste lui, son talent, son immense faculté à comprendre le cinéma pour lui donner une profondeur étonnante. Ennio Morricone est l’âme subliminale de la création de cette webradio. Merci Monsieur.

Un merci silencieux. Un merci dominant. Un merci vraiment. Je ne suis qu’une larme compulsive sur la pellicule de votre talent.